On connait la date de réouverture des stations de ski de la Côte d'Azur


21 octobre 2021

Après une saison quasi blanche pour cause de Covid, les stations du Mercantour préparent leur retour en force. En croisant les doigts afin que le pass sanitaire ne vienne pas jeter un coup de froid.

Objectif: 4 décembre. Voire le 27 novembre si l’automne se montre généreux en neige et en gel. Plusieurs stations de ski des Alpes-Maritimes ont, d’ores et déjà, annoncé leur date d’ouverture pour la saison 2021.

La saison du rebond, espèrent-elles. Mais une incertitude persiste: le pass sanitaire s’invitera-t-il au sommet?

La date est cochée en vert dans l’agenda d’Isola 2000, Auron, La Colmiane. Top départ "le 4 décembre, ou le week-end précédent si les conditions le permettent", indique Krystel Biret, adjointe de direction à l’office de tourisme d’Auron.

Même topo à Isola. Les deux grandes sœurs tinéennes ouvriraient alors non-stop. La Colmiane, elle, se limiterait aux week-ends jusqu’aux vacances scolaires.

"On sent une vraie attente"

Faudra-t-il un pass sanitaire pour emprunter les télésièges ? Le gouvernement étudie cette possibilité. Photo Eric Ottino.

Forcément, sur les sommets azuréens, chacun ronge son frein. La pandémie de Covid-19 a écourté la saison 2020. Elle a totalement plombé l’hiver suivant. Les remontées mécaniques étaient alors réservées aux seuls élèves licenciés et aux sportifs professionnels. L’embellie sur le front sanitaire laisse augurer une saison plus normale. Et une vaste séance de rattrapage.

"On nous appelle beaucoup pour des hébergements. On sent une vraie attente, de l’impatience", témoigne Krystel Biret. "Il y a un engouement un peu partout en France, confirme Yannick Garin, directeur de La Colmiane. Les réservations ont bien démarré. Les gens réservent pour Noël. Si, en décembre, tout le monde ouvre et sans pass, ça va partir sur de bons rails!"

Chauf et froid

Oui mais, pass ou pas pass? Le secrétaire d’état au Tourisme souffle le chaud et le froid. Fin septembre, au Congrès des domaines skiables de France, Jean-Baptiste Lemoyne annonce que la saison se fera sans pass sanitaire. Ce mardi, au micro de Sud Radio, changement de ton : l’obligation d’un pass pour accéder aux remontées est "une réflexion en cours".

Son intervention a fait bondir Alexandra Borchio Fontimp. Le jour même, la sénatrice azuréenne (LR) a écrit à Jean-Baptiste Lemoyne, l’implorant de "ne pas donner à nouveau un coup de canif au chiffre d’affaires des stations en montagne".

L’élue antiboise alerte le gouvernement sur le "risque d’étouffement d’un engouement touristique, en faveur de secteurs d’activités qui commencent seulement à retrouver de leur superbe".

Elle redoute aussi "la double peine" pour les stations frappées par la tempête Alex.

À Valdeblore, La Colmiane s’est vite relevée. Elle entend à présent renouer avec la normalité. "La maintenance des enneigeurs est déjà effectuée. Nous sommes prêts à produire", annonce Yannick Garin.

La station prépare ses nouveautés hivernales: cartes magnétiques pour accès mains libres aux remontées, possibilité de payer 4 heures au lieu d’une demi-journée, carte privilège dans la station...

En reconquête

Les remontées mécaniques se préparent à reprendre du service dans la Tinée. Photo office de tourisme d’Auron.

Auron et Isola 2000, elles aussi, partent en reconquête. à l’image de la bourse au ski, les 13 et 14 novembre à Auron. Ou du week-end gratuit pour les enfants, les 11 et 12 décembre.

La très familiale Valberg, quant à elle, n’annonce pas encore de date d’ouverture, fidèle à son habitude.

Pour l’heure, elle cultive son côté quatre-saisons avec des animations automnales. Mais après? Pass, pas pass?

Dans tous les cas, "nous allons faire comme la saison dernière, en nous adaptant aux prescriptions qui seront posées", prévient Frédéric Gil.

Le directeur des stations du Mercantour préfère anticiper. Voilà des semaines que ses équipes planchent sur la possibilité d’un pass obligatoire. Tout en croisant les doigts pour qu’elle ne se réalise pas.

"Nous restons attentifs au suivi de la situation".

Source : Nice Matin

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article