Bicentenaire de la mort de Napoléon. A la découverte de la collection du musée Masséna de Nice


03 mai 2021

À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, le 5 mai 2021, nous vous proposons une série d'articles sur les traces que l'Empereur a laissées dans les Alpes-Maritimes. Portraits, sculptures et objets liés à Napoléon Bonaparte sont par exemple conservés au musée Masséna à Nice.

 

En collaboration avec Olivier Ghebali, de la délégation Nice-Alpes-Maritimes du Souvenir napoléonien, nous marchons sur les traces laissées par l'Empereur.

 

Après avoir vu toutes celles que Napoléon a laissées de Cannes à la Vallée de la Roya et après avoir évoqué le débarquement à Golfe-Juan et la route Napoléon, nous partons maintenant sur la promenade des Anglais, à Nice, à la découverte de la collection du musée Masséna, en partie liée à cette période de l'Histoire de France.

 

Dans cette Villa Masséna, édifiée entre 1898 et 1901 par l’architecte danois Hans-Georg Tersling, le visiteur peut voir des trésors de la période napoléonienne.

 

 P5100115.jfif (71 KB)

 

Il faut noter que le nom du musée est directement lié à André Masséna, maréchal de l'Empire né à Nice.

 

« Ce musée résulte d'une donation de mon père. Il voulait que ce jardin et cette maison soient ouverts à tous les Niçois et aux visiteurs. Il était très attaché à cette ville, où il a vécu et suivi ses études au lycée. » Victor-André Masséna, président de la Fondation Napoléon.

 

musée massena.PNG (831 KB)

Commençons la visite par les tableaux :

Le tableau le plus célèbre est celui de Napoléon 1er en costume du Sacre par le baron François Gérard même si celui de la villa Masséna est une reproduction.

 

napoléon 1.PNG (1.09 MB)

Le général Bonaparte est passé par Nice juste avant la campagne d'Italie en 1794. Deux tableaux de Bonaparte à Nice sont exposés au musée :

 

  • Bonaparte soignant le nègre Domingo, son serviteur tombé malade, par Claudius Jacquand (huile sur toile)
  • Bonaparte exposant le plan de sa campagne d’Italie aux représentants du peuple, par Edmond de Boislecomte en 1894 (huile sur toile)
  • L'Impératrice Joséphine, épouse de Napoléon peut aussi être admirée sur un tableau peint par Antoine-Jean Gros (1808).
  • Il y a Bonaparte, l'Empereur et il y a aussi les personnages importants de l'Empire comme le maréchal niçois André Masséna :
  • Le portrait en buste d’André Masséna, en tenue de Maréchal d’Empire, exécuté par Sophie Fantet aux alentours de 1840 est exposé au musée.
  • Un autre portrait du maréchal en tenue de cérémonie du Premier Empire, par Louis Hersent (1814) est à voir.
  • Quatre toiles de Paul-Louis-Narcisse Grolleron commandées à l’artiste par le Prince d’Essling en 1901 rappellent les faits d’armes de son grand-père le Maréchal Masséna : la bataille de Rivoli, la signature de la reddition de Gènes, la bataille d’Edelsberg, la bataille d’Essling
  • On peut d'ailleurs voir un autre tableau d'André Masséna à Essling, par Edouard Detaille
  • Et puis il y a les autres personnages liés à Nice et à Bonaparte :
  • Le général Eberlé, gouverneur militaire de Nice, dont le portait anonyme est exposé.
  • Le portrait du maréchal Lannes, attribué au baron François Gérard
  • Et enfin les copies des tableaux de Napoléon III, le neuveu de Napoléon, et de l’Impératrice Eugénie.

napoléon 2.PNG (1.69 MB)

 

Les sculptures

 

La statue la plus imposante est celle de Napoléon en pied, représenté en Empereur romain, tenant en main le code Civil. Il s'agit d'une copie de la statue originale d’Antoine-Denis Chaudet.

napoléon 3.PNG (900 KB)

 

On trouve également au musée :

  • Le buste en plâtre de Bonaparte par Charles-Louis Corbet.
  • La sculpture en marbre de la tête de la Princesse Pauline, sœur de Napoléon, d’après Canova.

 

napoléon 4.PNG (430 KB)

Les objets

Parmi les différents objets que l'on peut trouver au musée il y a :

 

  • Un guéridon à décor de sphinges en bronze doré (vers 1803), œuvre majeure de François Honoré Jacob, principal ébéniste du Premier Empire. Cette petite table fit partie du mobilier impérial des Tuileries.
  • Deux fauteuils et deux chaises d’époque Premier Empire, estampillées Georges Jacob, fabriqués pour l’Archi-chancelier Cambacérès
  • Un glaive de l’Ecole de Mars, école dispensant un enseignement militaire et civique pendant la Révolution française.
  • Un sabre d’honneur offert par le Directoire au général Rusca.

 

« S'il y a un trésor à Nice, c'est le masque mortuaire de Napoléon. » Jean-Pierre Barbero, directeur du musée Masséna.

 

"S'il y a un trésor à Nice, c'est le masque mortuaire" explique Jean-Pierre Barbero, directeur du musée Masséna. Il s'agit du masque mortuaire de Napoléon, en cire, réalisé par Archibald Arnott.

 

Ce chirurgien de l'armée britannique a réalisé en cachette un moulage de l'Empereur à Sainte-Hélène, sur son lit de mort. Il y a deux masques mortuaires connus, celui-ci et celui réalisé par le médecin personnel de Napoléon, le docteur François Antommarchi, médecin personnel de Napoléon.

 

Jean-Pierre Barbero précise que les musées qui disposent d'un masque se sont adressés au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France pour le faire analyser afin d'avoir plus d'information sur la date de création, les détails, comment le masque a été réalisé et s'il a été bien fait sur le visage de Napoléon.

 

Selon le directeur du musée Masséna, une réponse pourrait être connue dans les premières semaines du mois de mai.

napoléon 5.PNG (248 KB)

 

D'autres pièces sont visibles comme :

 

  • L'étude de la tête de Bonaparte par Jacques-Louis David
  • Le Gilet porté par l’Empereur à Sainte-Hélène
  • Une reproduction de la colonne Vendôme au 1/25éme
  • Un uniforme de général de brigade
  • Le manteau de cour porté par l’Impératrice Joséphine lors du Sacre de Napoléon, Roi d’Italie, à Milan le 26 mai 1805.

La deuxième pièce la plus importante du musée selon son directeur est le diadème de l’Impératrice Joséphine offert par Joachim Murat. Il est composé de matières précieuses : coquillages, nacre, or, perles, pierres de couleurs.

 

napoléon 6.PNG (474 KB)

Olivier Ghebali, de la délégation Nice-Alpes-Maritimes du Souvenir napoléonien explique qu'il existait deux autres musées qui exposaient des pièces liées à Napoléon.

 

Ces musées étaient à Antibes et à Monaco, les pièces du musée d'Antibes ont été sauvées par le Souvenir napoléonien et par la Fondation Napoléon. A Monaco, les pièces ont été vendues aux enchères et deux pièces ont été transférées au musée Masséna dont une a été donnée par la principauté à la ville de Nice.

 

La ville de Nice qui n'oublie pas la famille Napoléon. Pour fêter le 160e anniversaire de l'annexion du comté de Nice à la France, le musée Masséna avait proposé en juin 2020 une exposition temporaire retraçant ce tournant historique. Le 14 juin 1860, Nice devenait officiellement française. Peu de temps auparavant, lors d'un plébiscite, les Niçois votaient oui "à 99,9 %".

 

Le reportage sur l'exposition de France 3 Côte d'Azur :

 

Le musée Masséna pourrait rouvrir

L'accès au musée Masséna n'est pas encore possible compte tenu des règles sanitaires mises en place pour ralentir la propagation de l'épidémie de Covid.

 

Le musée est payant. Le tarif pour l’accès à l’exposition et à la collection permanente du musée est habitellement de 15€. L'entrée est gratuite pour les résidents de la Métropole Nice Côte d’Azur et pour les moins de 13 ans accompagné d’un adulte.

 

Renseignements au 04 93 91 19 10 ou musee.massena@ville-nice.fr. Suivez l'actualité du musée sur Facebook et sur Instagram.

 

Source : France3 Région

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article